Pierre Maurice, vice-président des maires ruraux du Loir-et-Cher, a coordonné ce travail d’analyse des doléances.

En décembre dernier, l’Association des maires ruraux a proposé l’ouverture de cahiers de doléances. En Loir-et-Cher, 104 communes l’ont fait, membres ou non de l’Association des maires ruraux. « Les cahiers étaient ouverts jusqu’au 15 janvier », explique Pierre Maurice, maire de Selles-Saint-Denis et vice-président des maires ruraux en Loir-et-Cher.
L’association a depuis récolté et synthétisé l’ensemble des cahiers, comptabilisant 554 témoignages en tout ! « Un témoignage peut comprendre plusieurs doléances. On a des témoignages d’une demi-page, d’autres jusqu’à dix pages ! On a lu toutes les doléances une à une », assure Pierre Maurice. Un tableau de synthèse a été tenu pour chaque commune, en notant le nombre de fois qu’un thème était évoqué, et en retenant les grandes propositions. « On a partagé le travail en quatre zones : Sologne et vallée du Cher, sud de Blois, nord de Blois et nord de Vendôme ».
Au total, quinze thèmes se sont dégagés. Et sans surprise, justice fiscale et justice sociale arrivent largement en tête, avec respectivement 515 et 488 doléances. Pour la troisième marche du podium, « une petite surprise » pour Pierre Maurice : les privilèges des hommes politiques et hauts fonctionnaires, 355 doléances ! « Réduire le nombre de députés, surveiller le train de vie de l’Élysée, supprimer l’ENA, moins de véhicules et d’avions pour les ministres… », énumère l’élu.
Au terme de ce dépouillage, qui a duré deux semaines, le vice-président des maires ruraux en Loir-et-Cher se dit satisfait des résultats. « Ce sont de vraies idées, les gens l’ont fait sérieusement, et la participation est bonne ». Cette synthèse sera présentée, à sa demande, au préfet la semaine prochaine, avant d’être envoyée au ministère de la Cohésion des territoires de Jacqueline Gourault. « Il faudra ensuite de vraies mesures, souhaite Pierre Maurice. S’il n’y a rien de fait alors que les gens ont participé aux débats, ont écrit leurs doléances, je ne le souhaite pas, mais il y aura de grands troubles… »