Être Maire aujourd’hui comporte de plus en plus de risques.

Jusqu’où sont capable d’aller certaines personnes dans notre société actuelle ? On peut logiquement se poser la question vue la mésaventure arrivée à M. Le Maire de Selles Saint Denis ce 17 novembre 2018.

En quittant mon domicile en début de matinée, j’ai pu lire peint sur la chaussée de la rue du Riot, juste devant mon domicile,  que je suis un DICTATEUR, un VOLEUR, un MENTEUR avec la signature tracée + 43,53 %. Je n’ai pas été plus surpris que cela car dans ma mission de Maire j’ai  noté depuis plusieurs années que des personnes qui ne s’intéressent pas du tout à la gestion de la commune ne se signalent que pour critiquer et démolir quand des décisions ou activités prises dans l’intérêt de tous les dérangent dans leur égoïsme et leur confort personnel.

Dans ma  traduction des mots peints sur la chaussée je précise que DICTATEUR : oui si celui qui a peint considère que l’intransigeance et  l’intégrité sont les principales caractéristiques du dictateur. VOLEUR = non  je ne pense pas que l’on puisse m’adresser ce compliment car pour affirmer une telle accusation il faut des preuves d’enrichissement personnel, MENTEUR, non car pendant plus de 40 années de vie professionnelle et un peu plus de 17 ans de mandat je n’ai à aucun moment fait l’objet d’une telle remarque. D’ailleurs c’est vraiment me méconnaître car dans le monde politique dans lequel j’évolue depuis quelques années c’est l’inverse que l’on me reproche; d’avoir un franc parler direct en général toujours basé sur des faits ou constats. + 43,53 % = oui et non, c’est presque cela car ce chiffre représente à peu près l’évolution décidée par le Conseil Municipal de Selles Saint Denis du taux communal 2018 de la taxe d’habitation pour les raisons qui ont été exposées à tous, non parce que l’augmentation réelle du montant de la taxe d’habitation payée par les habitants est de 20% plus quelques décimales.”

Ce fait divers a fait l’objet des constats d’usage par la Gendarmerie Nationale et deux plaintes sont déposées, l’une pour outrage à Monsieur le Maire personne chargée d’une mission de service publique, l’autre pour dégradation d’une voirie publique.