Joyeuse Epiphanie

La date de l’Epiphanie 2018 “tombe” ce week-end, en plein coeur de l’hiver. Mais pourquoi mange-t-on une galette précisément, et pourquoi cache-t-on à l’intérieur une ou des fèves ? Historienne des fêtes experte en anthropologie religieuse, Nadine Cretin a été interrogée par L’Express sur le sujet. La spécialiste le confirme, les origines les plus lointaines de l’Epiphanie sont liées à une tradition païenne et non chrétienne, celle du solstice d’hiver. Nadine Cretin évoque aussi les Saturnales romaines, lors desquelles on élisait un “roi”.

Et la fève alors ? Au Moyen-Age, on a commencé à “tirer les rois” chaque 5 janvier. Celui qui dénichait la fève était quitte de payer une tournée à la tablée. “Certains prétendent que les plus avares avalaient la fève afin de ne pas débourser d’argent. C’est ainsi que serait née la fève en porcelaine, pour que le ‘roi’ craigne de l’avaler.”, raconte Nadine Cretin. En tant que premier légume apparaissant au printemps, la fève-légume, qui contient d’ailleurs un embryon, est aussi un symbole de fécondité cher aux Grecs et aux Romains.

Noël, la Saint-Sylvestre… Les fêtes sont passées mais la galette arrive : et la date à laquelle on la déguste n’est pas toujours claire pour tout le monde… Le jour de l’épiphanie correspond à chaque 6 janvier dans notre calendrier, soit “12 jours après la naissance de Jésus-Christ”, un samedi cette année. Mais suite à une réforme, le “jour officiel de la galette” a été légèrement déplacé.  Depuis 1971, dans les pays où l’Épiphanie n’est pas un jour férié, elle peut se fêter le deuxième dimanche après Noël, c’est-à-dire le premier dimanche qui suit le 1er janvier. En France, c’est le cas depuis 1802, règle qui a été instaurée par un décret du cardinal Caprara, légat du pape Pie VII.

Les gourmands n’en ont cure et la galette frangipane ou briochée se savoure en général tout au long du mois de janvier… D’origine à la fois païenne et chrétienne, la tradition de l’Epiphanie possède des origines très anciennes.

Alors tous à vos galettes (pas la peine d’aller loin, il y en a à Selles Saint Denis) !!! & bon appétit.

Source : L’internaute