MBDA investit 17 millions d’euros

Le site d’intégration solognot a engagé la construction de deux nouveaux bâtiments. Des “ cobots ” sont également attendus auprès des 280 salariés.

O n a cinq ans d’activité devant nous. MBDA est en pleine croissance, on peut investir sereinement sur le site. Dans le contexte actuel, sur un territoire où l’emploi industriel connaît quelques remous – la fermeture prochaine de Philips à Lamotte-Beuvron en est le dernier exemple – la situation de MBDA est de celles qui donnent le moral à l’économie locale.
Le directeur du site de Selles-Saint-Denis, Benoît Hiault, où près de 17 millions d’euros vont être investis pour anticiper l’avenir de l’assemblage des missiles longues portées, ne dira certainement pas le contraire. Cet investissement massif est la conséquence de deux bonnes nouvelles quasiment simultanées, souligne le responsable du site aux 280 salariés : les fameux contrats Rafale tombés en 2015 et l’obtention du marché « mi-vie » pour la partie maintenance des missiles. L’objectif étant clairement de faire face à « une augmentation significative de la charge “ longue portée ” à partir de fin 2018 » sur ce site d’intégration pyrotechnique de MBDA, « le plus petit de France », rappelle le responsable loir-et-chérien.

Livraison en mars 2018

C’est au sud du site Seveso de 270.ha, bien protégé des regards au milieu de la forêt, que le chantier est entré en action il y a quelques semaines. D’ici les prochains mois, deux bâtiments vont sortir de terre pour une livraison prévue en mars 2018. Le premier, d’une surface de 1.100 m2 sera dédié au « carburant », vidanges et remplissage des missiles en maintenance. Le second, plus de 5.000 m2 de superficie, regroupera toutes les activités liées à l’intégration inerte, aujourd’hui éclatées entre deux bâtiments distincts, qui seront détruits à terme. Ce volet représente un investissement de 12 millions d’euros. « L’objectif est d’y mettre des moyens modernes, avec des chariots autonomes et nos premiers cobots, à savoir des robots collaboratifs dont la tâche est d’aider l’opérateur », précise Benoît Hiault, directeur depuis deux ans et auparavant responsable de ligne de production sur le site pendant dix ans : « La dernière construction de bâtiment datait de 2007 ». En 2014 – 2015, des cellules pyrotechniques avaient également vu le jour sur le site classé Seveso dont l’essentiel des bâtiments ont aujourd’hui une quarantaine d’années.
Après avoir vu ses effectifs passer de 250 à 280 salariés il y a deux ans, MBDA de Selles-Saint-Denis a aujourd’hui atteint sa vitesse de croisière, sans hausse prévue de personnels à court terme. « Mais on continue à remplacer les départs en retraite ; l’an dernier, on a procédé à une cinquantaine de recrutements », souligne Benoît Hiault dont le schéma directeur d’établissement regarde déjà bien plus loin, vers 2025 au moins…

Source : La Nouvelle République